8.7 C
Dijon
samedi 15 mai 2021

Origines de la pandémie : les premières hypothèses des experts de l’OMS à Wuhan

Must read

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a envoyé des experts en mission à Wuhan, en Chine pour trouver l’origine du virus. Le sars-cov-2 a causé la mort de plus de 2,3 millions de personnes dans le monde.  Pour l’instant, les agents de l’OMS n’ont pas pu déterminer la cause de cette maladie. Cependant, certaines pistes ont été écartées. Selon les dires du scientifique australien Dominic Dwyer et du zoologue britannique Peter Daszak, les recherches peuvent durer plusieurs années avant d’arriver à un résultat concluant.

L’animal comme vecteur du virus

La délégation de l’OMS envoyé à Wuhan a fait une conférence de presse le 9 février dernier. Selon le chef de cette mission Peter Ben Embarek le virus Sars-cov-2 serait passé d’une première espèce animale vers une seconde avant d’être transmis à l’être humain. La première espèce porteuse du virus serait la chauve-souris. Le chef de la délégation de scientifiques chinois, Liang Wannian a déclaré que la seconde espèce animale n’a pas encore été identifiée. Les experts ont prélevé des dizaines de milliers d’échantillons d’animaux domestiques, sauvages et d’élevage à travers toute la chine. Des analyses ont été effectuées sur l’ensemble de ces échantillons et aucun ne contenait le Sars-CoV-2. L’hypothèse de la transmission animale nécessite encore des recherches plus ciblées et plus spécifiques. Les lapins, les rats des bambous et les blaireaux sont très sensibles au coronavirus. Ces espèces sont fréquemment vendues dans l’un des premiers clusters de Wuhan, le marché Huanan. Marion Koopmans, virologue néerlandaise pense que cette piste pourrait permettre de remonter la chaîne de contamination. Peter Ben Embarek a déclaré « Les premiers cas de pneumonie imputable au Sars-CoV-2 pourraient être liés au marché dans la première quinzaine de décembre, ce qui signifie qu’ils ont été infectés début décembre ou fin novembre ». L’expert Dominic Dwyer a rapporté dans l’émission australienne diffusée sur la chaîne Nine, « 60 minutes » que le « patient zéro » à Wuhan a attesté ne s’être jamais rendu dans ce marché durant cette période. Le zoologue britannique Peter Daszak estime qu’il faut commencer à s’intéresser à l’Asie du Sud-Est. Ce changement est dû au fait que de nouveaux virus ont été découverts sur des chauves-souris au Cambodge et en Thaïlande.

Un virus échappé d’un laboratoire

La mission de l’OMS affirme que l’hypothèse selon laquelle le Sars-CoV-2 proviendrait d’un laboratoire est très peu probable. C’est l’administration de l’ancien président américain Donald Trump qui avait avancé la théorie que c’est l’Institut de virologie de Wuhan qui a laissé échapper le virus involontairement ou pas. A partir de là, de nombreux scientifiques ont commencé à envisager cette piste. Les laboratoires de l’Institut de virologie de Wuhan possèdent une très grande collection de spécimens de souches virales recueillies dans la nature. En plus de cela, elles se sont spécialisées dans les virus de chauve-souris. Moins d’une semaine avant l’investiture du nouveau président, l’administration de Trump a fait circuler l’information selon laquelle des chercheurs de cet institut de virologie sont tombés malades avec des symptômes compatibles avec les maladies saisonnières et le Covid-19. Depuis que le démocrate Joe Biden a commencé à exercer ses fonctions, la première puissance mondiale a pris ses distances par rapport à cette théorie. En effet, les Etats-Unis ont sorti un communiqué pour exprimer leur soutien aux experts de l’Organisation mondiale de la santé.

L’hypothèse des produits surgelés

Les chercheurs de Pékin ont de nombreuses fois déclaré que le coronavirus pourrait être importé en Chine via des aliments surgelés. Mike Ryan, responsable des situations d’urgence à l’OMS considère qu’il n’existe aucune preuve que la chaîne alimentaire et les aliments auraient pu contribuer à la transmission du Sars-CoV-2. L’équipe basée en Chine n’est pas du même avis que lui. Liang Wannian, chef de la partie chinoise de la mission, a déclaré que le virus a été détecté sur plein d’échantillons du marché de Huanan où l’on commercialise des fruits de mer surgelés et des animaux sauvages. Pour lui, c’est la preuve que le coronavirus est capable de voyager sur de grandes distances, à la surface de produits froids. Pour l’instant, on a aucune information sur le fait que le Sars-CoV-2 puisse se transmettre aux humains via la chaîne du froid. Le chef de l’équipe de l’OMS s’est exprimé à ce sujet « Il serait intéressant d’examiner si un animal sauvage congelé qui a été infecté a pu être un vecteur potentiel ».

La date d’apparition du virus

Certains experts chinois pensent que le Sars-CoV-2 peut provenir des Etats-Unis ou de l’Italie. Pékin a d’ailleurs demandé à l’OMS de suivre cette piste. Marion Koopmans, la virologue néerlandaise estime que les études suggérées par la Chine « ne fournissent aucune preuve d’une circulation antérieure ». Le chef de la partie chinoise de la mission, Liang Wannian a récemment déclaré « Il n’y a pas assez de preuves (…) pour déterminer si le Sars-Cov-2 s’est propagé à Wuhan avant décembre 2019 ».

- Advertisement -spot_img

More articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Advertisement -spot_img

Latest article