2.9 C
Dijon
samedi 27 novembre 2021

Très discret depuis l’investiture, Donald Trump plus que jamais actif, puissant et avide de revanche

Must read

Depuis l’investiture de Joe Biden, Donald Trump n’est plus sous le feu des projecteurs. Cependant, même après avoir perdu les élections, l’homme d’affaires reste toujours influent et continue de peser sur les républicains. Il a toujours de multiples soutiens au Sénat. La phrase lancée tout juste avant de quitter la maison blanche (« Nous reviendrons, d’une façon ou d’une autre. ») n’est pas à prendre à la légère. Le président sortant a réellement l’intention de revenir, même après la procédure de destitution du 9 février. Son principal objectif est de regagner la Maison-Blanche. Il a récemment ouvert un bureau en Floride pour trouver le moyen de faire avancer le programme politique de son administration et gérer ses missions d’ancien président des Etats-Unis. Cette nouvelle a été annoncée le même jour où la Chambre des représentants a formellement transmis au Sénat l’acte d’accusation contre lui. Selon de nombreux analystes, il est peu probable que Trump soit jugé et condamné.

Menace et avertissements

Donald Trump continue toujours de soutenir ses alliés dans leurs visées électorales. En effet, malgré son déménagement en Floride, il exerce toujours une forte influence sur le parti républicain. Actuellement, l’une de ses principales préoccupations c’est d’étouffer au Sénat toute volonté de le condamner lors de son procès en destitution. Marjorie Taylor Greene, membre du Congrès a réaffirmé son soutien à Trump, le jour même de son départ. Le 20 janvier 2021, elle a déclaré sur Tweeter « La vaste majorité des électeurs, bénévoles et donateurs républicains ne sont plus loyaux au parti républicain et à ses candidats juste parce qu’ils ont un « R » à côté de leur nom. Leur loyauté revient désormais à Donald J. Trump ». Son procès historique en destitution a augmenté sa notoriété. Il continue toujours de dominer l’actualité américaine et occupe l’esprit de tous les sénateurs républicains qui doivent le juger en février. Son entourage a lancé des menaces et des avertissements durant tout le week-end. Selon certaines rumeurs, la dernière idée de ce magnat de l’immobilier est de créer une nouvelle formation appelée « le parti patriote ».  Le journal Politico dit tout le contraire. D’après cette gazette, Trump aurait clairement dit qu’il ne souhaitait pas créer un nouveau parti. Il désire uniquement imprimer son influence sur le Grand Old Party.

Le procès au Sénat est « mort-né »

Mardi dernier, les 100 sénateurs des Etats-Unis ont prêté serment pour le procès en destitution de Donald Trump, qui doit démarrer le 9 février. Ce procès est doublement historique. L’homme d’affaires milliardaire est le premier président américain à tomber deux fois sous le coup d’une procédure d’impeachment. Il est également le seul à être jugé après avoir quitté la Maison-Blanche. Cette fois-ci, il est accusé d’avoir provoqué l’assaut meurtrier contre le capitole lors de la certification de la victoire de Joe Biden. Trump a nié la victoire de son adversaire jusqu’au dernier moment. Dorénavant, ce sont les démocrates qui sont majoritaires au Sénat. Cependant, pour qu’ils puissent condamner l’ex-président, il leur faut dix-sept voix républicaines. La majeure partie des républicains sont contre le procès malgré le profond malaise causé par les violences. Mardi dernier, 45 d’entre eux ont tenté de bloquer la procédure. Leur argument c’est qu’il est anticonstitutionnel de juger un ancien président au Sénat. Leur chef Mitch McConnell soutient cette idée même s’il n’exclut pas de condamner Donald Trump. Le sénateur républicain du Kentucky Rand Paul pense que le procès est « mort-né ». L’homme d’affaires milliardaire garde toujours une forte influence sur son parti.

Le sceau d’approbation de Trump est encore précieux

Vers mi-décembre, le président des républicains McConnell avait publiquement reconnu la victoire de Joe Biden. Depuis lors, il y a de l’eau dans le gaz entre Trump et lui. Le sénateur a reconnu n’avoir pas parlé à l’ex-président depuis cette annonce. Lors du premier procès en destitution, Mitch McConnell avait tout fait pour que le 45ième président des États-Unis soit acquitté. Cependant, pour le deuxième procès, il a décidé de laisser chaque républicain voter en âme et conscience. Le sénateur Mitt Romney est l’un des rares républicains qui défend la tenue du procès. Il est devenu l’une des principales cibles des partisans de Donald Trump. L’un des militant lui a d’ailleurs ouvertement dit qu’il risque de rencontrer une opposition dans son fief, lors de la prochaine primaire aux sénatoriales. Le président sortant pense toujours pouvoir faire pencher la balance en sa faveur. Il est en train de tout mettre en œuvre pour que sa fervente supportrice Kelli Ward reste à la tête du parti républicain dans l’Arizona. Avoir l’approbation de Donald Trump reste un atout majeur pour de nombreux candidats. Son ancienne porte-parole Sarah Sanders en a pleinement conscience. Elle a affirmé son soutien au président sortant en twittant « Merci président Trump pour votre soutien.».

- Advertisement -spot_img

More articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Advertisement -spot_img

Latest article